Demain, après 24 mois de désertion professionnelle, je vais reprendre le chemin du travail.

Certes, j’avais mes cours à bosser pendant tout ce temps, et accessoirement une fin de grossesse puis le bébé qui en découlait…  Mais j’étais chez moi, je m’organisais comme je voulais.

Si je voulais amener Mini en survêt’ et pas maquillée, je pouvais.

Si j’avais 10 min de retard le matin, ce n’était pas grave.

Le soir, je pouvais être en avance pour aller le chercher.

Si je voulais prendre ma douche à 15h12, je pouvais.

 

Demain, tout ça, c’est fini.

Retour à des horaires stricts, des cadences, une organisation, un nouveau rythme à trouver.

Je ne me plains pas, je commence à 9h, et je n’ai pas 3h de transport.

Mini ne fera pas des journées à rallonge (8h30-17h30). Et comble du miracle, je ne bosse pas le jeudi, ce qui me laissera encore une journée entière avec lui.

Je pourrai continuer à me rendre à l’accueil parents-enfants, à faire des promenades avec lui, à profiter de sa sieste pour blogguer (bah oui, n’oublions pas l’essentiel 😉 !)… Une journée de « calme ».

 

Demain, je reprends le chemin des bureaux, avec une équipe de travail, des compétences à prouver, des savoirs à appliquer, des connaissances à développer. Mais aussi et j’espère, de la bonne entente, des collègues rigolos et des échanges sympas (rêvons encore un peu).

Source : http://startupstockphotos.com

 

Le soir, comme m’a dit Grandgars, j’aurais des « vraies » choses à lui raconter.

Le soir, je profiterai à 200 % de ce temps passé avec eux, temps qui jusque là, n’était que la continuité de ma journée à domicile. A partir de demain, le temps sera cloisonné : travail VS maison.

 

Bref, demain je fais ma rentrée.

(PS : en vrai, j’ai déjà rêvé que j’arrivais en retard, et j’ai le trouillomètre à 1000. Voilà voilà…)