Alors que Mini était encore bien au chaud, en pleine transformation entre l’embryon et le fœtus, j’ai décidé de ne pas renouveler le contrat que j’avais à ce moment là, et de me reconvertir grâce à une formation à distance (janvier 2013). Quelques mois après il était là, j’ai fait une pause dans mes cours. Puis nous avons trouvé Nana, et j’ai repris le fil de mes devoirs. Le déménagement en région parisienne était notamment fait pour m’aider à trouver facilement du travail dans ma nouvelle branche. Ce qui est chose faite, depuis le 5 janvier dernier.

2 ans pile poil sans « travailler »

Les cours, les devoirs, c’est du taff aussi, mais sans bureau, collègues, contraintes horaires. La reprise se fait « en douceur » niveau volume horaire puisque j’ai mon jeudi (merci à la crèche qui n’a pas de place ce jour-là, et ce n’est pas ironique, ça m’arrange !). Mon lieu de travail était à 30 minutes porte à porte, c’est également un avantage de ce côté là.

Alors concrètement, ça change quoi ?

Et bien, le premier jour, je pleurais presque dans le train tellement Mini m’avait manqué, et j’avais plus que hâte de le retrouver. J’avais envie de le serrer dans mes bras jusqu’à ce qu’il aille au lit. Pourtant les journées sont guères plus longues que pendant le mois « d’adaptation » à la crèche en décembre. Une heure supplémentaire simplement… mais qui fait beaucoup.

Le premier soir donc, pas de bain, il a mangé ce qu’il a voulu, je ne voulais surtout pas qu’il pleure, qu’on se dispute et je le suivais partout pour rattraper le temps.

Peu à peu dans la semaine, cela s’est tassé et j’ai trouvé mon rythme.

Big Up à Grandgars

Oui, gros gros big up même car le matin, je ne m’occupe que de moi, il fait tout avant de partir. J’ai un Mini livré habillé, changé, posé sur le canapé devant un Tchoupi, m’attendant pour mettre la musique et déjeuner. Et encore mieux, je n’ai qu’à appuyer sur le bouton de la Senseo pour faire couler le café. Alors oui, niveau organisation du matin, j’avoue que c’est le paradis…

La dépose à la crèche se fait plus ou moins simplement, mais Mini passe ensuite des bonnes journées, ce qui me convient largement (tant pis s’il pleure quand je pars finalement).

Les priorités ont changé et changeront encore

J’ai toujours du mal à faire la guerre à Mini le soir quand je rentre, et je lui passe des choses qui ne passent pas le week-end par contre. Je n’aime pas qu’on se quitte fachés avant d’aller au lit. Je squizze facilement le bain (un soir sur 2) pour privilégier les 2h que nous avons ensemble avant le coucher. Je sais qu’il profite un peu de la situation et qu’il faut que je me reprenne sur certaines choses. Mais ça viendra peu à peu. Par contre, bizarrement, je range plus qu’avant, je suis plus organisée, notamment le week-end (cuisine, ménage…), alors que j’ai moins de temps qu’avant !

Et mon travail dans tout ça ?

C’est chouette, je mets enfin en pratique ce que j’ai appris dans mes cours. Je bosse avec deux filles, une plus âgée, une plus jeune. Toutes les deux sont sympas, à leur façon 😉 Cela fait du bien de retrouver un bureau, un agenda, des projets, des tâches, des impératifs, des réunions, des buts ! On n’aborde peu la vie privée pour le moment et c’est tant mieux. Elles savent toutes les deux que les horaires ne seront que rarement dépassés sauf anticipation, car Mini m’attend.

 

Et vous, la reprise du travail, ça s’est – s’était passé comment ?